Archiver. Ce message n'est plus d'actualité.

Nouvelle revue scientifique sur le terrorisme et l’extrémisme

07/05/2021, Bruxelles – La revue Radices compile annuellement des conclusions scientifiques sur des sujets qui ont trait à la sécurité tels que le terrorisme et l’extrémisme. « Cette initiative vise à stimuler la recherche pionnière et innovante », précise l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM).

En tant que centre d’expertise en matière de terrorisme et d’extrémisme, l’OCAM est particulièrement conscient des avantages qu’offre une coopération accrue avec le monde académique belge. Le nom de la revue n’a pas été choisi au hasard. « Radices » est le pluriel du terme latin « radix », qui signifie « racine ». Il renvoie étymologiquement au terme « radical ».

En d’autres termes, la revue Radices veut creuser pour trouver les racines du terrorisme, de l’extrémisme et du processus de radicalisation. « Pour s’attaquer en profondeur aux problématiques de l’extrémisme violent et du terrorisme, il est nécessaire de collaborer avec différentes disciplines et de jeter des ponts », souligne l’OCAM. « La recherche scientifique est un maillon essentiel à cet égard. Chaque année, nous voulons offrir une plateforme à des recherches universitaires prometteuses. »

« Radices assure la complémentarité nécessaire entre la recherche universitaire et la politique dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation », déclare Michel Tison, Doyen de la Faculté de Droit et de Criminologie de l’Université de Gand. Un de leurs étudiants en master est la lauréate de cette édition du concours de mémoires de fin d’études.

Dans le cadre du programme Outreach de l’OCAM, un certain nombre de projets de coopération sont en cours avec des universités et des instituts de recherche, chacun conservant son indépendance. « Cette initiative est une invitation au monde universitaire à renforcer la coopération. Si vous souhaitez contribuer à une prochaine édition, n’hésitez pas à nous contacter », conclut l’OCAM.

Vous pouvez consulter le premier numéro ici.